La Maison des Arts et Thérapies - La M.A.T.

                 Stage 
          d'Art-thérapie
                     peinture et danse            
                     




                                           Peinture intuitive
  

L'utilisation de médiateur plastique tel que la peinture favorise l'émergence d'émotions, de sensations, d'images anciennes.
Cette matière invite à mettre en forme ce qui nous habite.

Les pensées sont mises en actes. 
Le processus d'expression passe par un "lâcher-prise" de la personne 
et met en jeu une dynamique interne.

Seule la personne engagée, peut dire quelque chose de 
ce qu'elle vit, de ce qui est mis en oeuvre. C'est une démarche sensible.
Confrontée à la matière, le personne va trouver ses propres techniques et 
les mettre au service de son expression.
A travers une réalisation unique, personnelle, la personne est valorisée.

Le stage apporte à la personne un support différent, qui lui permet de porter
un autre regard sur elle-même, de découvrir ses possibilités créatrices, 
de reprendre confiance en elle et les autres, qui aide à se structurer et à construire peu à peu une image positive de soi. 

A la fin du stage, un temps de paroles est proposé pour partager son ressenti et prendre conscience de ce qui a été lâché.
Ce moment n'est pas une obligation.

Le matériel est fourni.































                                                      Danse intuitive



Pas de mouvement codé, de pas imposé, de technique à maîtriser. 
En danse-thérapie, seules comptent l'émotion, l'expression de soi et l'intensité pour réveiller son énergie ou sa sensualité.
La danse inaugure un nouveau rapport au corps, au plaisir, à l'autre et à soi-même. Elle permet de recréer cette relation, de l'habiter. Il n'y a pas d'apprentissage.

La danse populaire représentait autrefois une forme de thérapie sociale, qui allait bien au-delà du simple défoulement. En forçant le trait, on peut dire que "le parquet" est assimilable à un divan où l'on parlerait avec son corps, et avec le groupe. Dans l'analyse, on rencontre son inconscient, dans la danse-thérapie, son "danseur", cette partie de soi qui cherche à renouer avec la joie de vivre. 
Le groupe est, pour celui qui danse, comme une mère qui berce son enfant: il le stimule tout en l'enveloppant, donc le rassure. Il le soutient tout en l'invitant à s'individualiser.

En s'appuyant sur la symbolique, le rythme et l'expression libre, la danse-thérapie peut inviter à une réflexion intime sur le féminin ou le masculin et renouer avec notre nature sauvage. 
Chaque étape donne lieu à une rencontre avec l'une de nos peurs - peur de l'engagement, du ridicule, d'être différent, etc. - et nous connecte à nos ressources pour la dépasser.
Ainsi danse après danse, on développe sa combativité, on reprend confiance en soi, on retrouve son énergie.

C'est une activité où corps et esprit sont inséparables.
Cette technique permet d'accéder à notre mémoire corporelle et à la connaissance de soi.
Dans un premier temps, on mobilise ses émotions, puis on les canalise en faisant appel à des archétypes. La danse du guerrier, par exemple, réveille l'agressivité. Réprimer cette énergie est nocive. L'exprimer dans un mouvement nous libère physiquement et psychiquement.

Tout le monde peut danser, les personnes qui viennent souhaitent réveiller leur énergie, redécouvrir le plaisir de la danse, de la convivialité de partager.
Pour la plupart, le corps se transforme, devient léger, dynamique et joyeux. 
Chacun trouve ce qui lui manque : de la vitalité et de la gaieté pour certains, de la confiance en soi pour d'autres.
Comme la danse-thérapie ne repose pas sur la performance, il n'y a pas d'échec et tout le monde en retire des bénéfices singuliers.
Elle est particulièrement indiquée chez les enfants inhibés.
Son efficacité a été aussi reconnue dans les hôpitaux. Elle aide les malades à retrouver leur estime de soi.